Salone sweet Salone (partie 1)

Posté le 06/08/2013 | Auteur: Emila OITCHAYOMI

Qui ne se souvient pas de ces amputations arbitraires,

De ces enfants drogués devenus des machines à tuer,

De ces hommes esclaves dans les mines diamantifères,

Des villages brûlés transformant leurs habitants en réfugiés…

C’est avec ces fantômes plein la tête que je prenais l’avion,

pour 2 mois de mission dites d’immersion,

En Sierra Leone, Sweet Salone.

Une arrivée agitée

Escale à Monrovia (Libéria) et à 23h passées, me voilà dans le bus qui me conduit à la navette-bateau qui transfert les passagers de Lungi à Freetown. Après avoir déboursé 40$ pour mon ticket, c’est non sans crainte que je m’asseyais, gilet de sauvetage bien serré, dans le « Sea coach Express » de son petit nom, qui tanguait de tous côtés avant même que nous ayons démarré. Face à une mer des plus agitées, je m’inquiétais pour mes valises qui ne savaient pas nager, alors que l’embarcation, lancée à toute vitesse, s’enfonçait dans la pénombre la plus totale.

 

40min plus tard …OUF terre ferme. Deux jeunes hommes me font de grands sourires et des signes de main, je supposais que ce devaient être probablement mes collègues, Joseph et James. « Joseph ?! », « Yeah ? » répondu l’un d’entre eux. Me voilà rassurée, je ne suivais pas des inconnus en pleine nuit à une heure du mat.

Clés de la chambre récupérées, bagages montés, Joseph, toujours grand sourire m’attendait pour grignoter au restaurant sénégalais à côté de ma Guest House.

A cette heure tardive, je n’avais pas très faim mais je n’ai pas pu résister au « Fish Attiéké » qui me faisait de l’œil depuis le milieu de la table.

Plus que rassasiée, Joseph me raccompagnait à ma Guest House à 2min du restaurant. Avant de fermer la porte je lui demandais : « Is a party running in the city tonight ? Because that woman in the restaurant talked about an Azonto performance? », « Yeah , it’s Bob Marley night. Azonto formers are playing in the stadium. I wanted to take ticket for us but thought you would be tired and it could be too crowded. For now it’s too late to get tickets but we can go out in a bar if you feel to. “ C’était comme s’il lisait dans mes pensées :” Yes I would love to”.

 

Douchée, peignée, habillée, j’étais prête à goûter l’ambiance des nuits sierra leonaises. C’est à Edith Garden petit bar-boîte de nuit local à moitié couvert que nous avons veillé jusqu’à 3h du matin, entraînés par les sons reggae du DJ et encouragés par les effets de la bière nationale : Star Beer. J’avais lu que la Sierra Leone était un pays fortement musulman, en voyant la descente de ces jeunes gens et le code vestimentaire des jeunes filles (mini-jupes/short, décolletés et hauts talons, je paraissais un peu tâche avec mon pantalon noir, mon t-shirt et mes chaussures plates) je recevais les 2 premières leçons de mon séjour, certainement les plus importantes : NE JAMAIS SE FIER A CE QUI SE DIT DANS LES JOURNAUX et NE PAS SE FIER AUX APPARENCES !

 

Je rentrais me coucher avec une seule hâte : me réveiller pour découvrir Freetown by day !

 

Petit avant Goût …. Avant le chapter 2 : Le monde des Affaires à Salone, sweet Salone…

Rédiger un commentaire

Commentaires

  • Josephine (mardi, 06. août 2013 18:00)

    C'est vrai qu'il y a des pays comme "Salone" qui souffrent vraiment de l'image renvoyé par les médias occidentaux. Même auprès des africains. C'est une culture qui reste méconnues pour bon nombre
    d'entre nous.
    On attend avec impatience la suite... ^^

  • Leomick (samedi, 10. août 2013 12:12)

    Merci Mimine pour cette invitation au voyage, et surtout ce retour d'experience!

  • Bernard (vendredi, 27. juin 2014 16:29)

    In fact no matter if someone doesn’t understand after that its up to other visitors that they will help, so here it takes place.

  • Ifsj76v (mercredi, 18. janvier 2017 10:56)

    As you can see from the blood urgency blueprint, simply one of the numbers has to be higher <a href="http://viagrawithoutadoctor.net/">viagra without a doctor prescription</a> or lessen than it should be to number as either extraordinary blood pressing or frail blood squeezing:

  • mkfzqt (mercredi, 25. janvier 2017 10:15)

    Blood coercion measurements can inconstancy everywhere the light of day and <a href="http://cialistrial.accountant/#60881">cialis coupon</a> in extraordinary environments. The resolution to start or enhance blood demands medications should not be based on a solitary blood squeezing reading. To one's hands on the most conscientious guess of your <a href="http://viagrasale.accountant/">viagra samples</a> devoted blood load, your doctor hand down use an usually of multiple readings. These may cover repeated readings made in the doctor’s employment as evidently as blood squeezing measurements you performed at home.

  • bse50w (dimanche, 29. janvier 2017 23:33)

    A run-of-the-mill ObamaCare tall tale is that the best part of <a href="http://viagracoupon.us.com/#904884">cialis vs viagra</a> demand to see the law repealed because they don’t hanker after healthcare reform. While multitudinous Americans do inadequacy to comprehend the law repealed more <a href="http://viagraohnerezeptausdeutschland.com/#114561">sildenafil rezeptfrei kaufen</a> support the law, necessitate to see the law improved, or don’t living expenses it because it doesn’t do sufficient <a href="http://sildenafilrezeptfreikaufen.com/">viagra</a> (pro illustration people wanted single payer instead.)

  • mqzr03 (lundi, 30. janvier 2017 14:22)

    <a href="http://www.withoutadoctorprescription.com/">viagra without a doctor prescription</a> <a href="http://www.viagrawithoutadoctorprescriptionaustralia.com/">viagra without a doctor prescription</a>

Veuillez entrer le code.
* Champs obligatoires

Become an editor

You want to become an Afrik’Eya editor? Contact us by mail at: contenus@afrikeya.com